Les métiers du vitrail
Métiers / Spécialités


Le métier de vitrailliste tel qu’il est pratiqué aujourd’hui est issu de l’évolution des techniques du vitrail au plomb, de la peinture sur verre et de leurs applications dans l’architecture depuis plus de mille ans. Aujourd’hui les maîtres verriers, verriers, vitraillistes – la dénomination des artisans varie – exercent principalement dans les secteurs du patrimoine (rénovation, restauration, conservation) mais aussi dans les secteurs de la création aussi bien dans le domaine public que privé.

Les compétences requises pour la pratique des différents postes de travail sont très variées et demandent des connaissances et savoir-faire dans de multiples domaines dont : le dessin, la peinture, la géométrie, l’histoire de l’art, l’architecture, la maçonnerie, le travail en hauteur,…

La réalisation des vitraux a lieu par anticipation depuis la prise des mesures, la conception graphique, la prévision des matériaux et leur approvisionnement avant la mise en œuvre en atelier puis en chantier. Car la pratique du vitrail est exercée en deux endroits principaux : à l’atelier et en chantier.

À l’atelier sont effectuées toutes les opérations de préparation, de tracé, de coupe des verres, de sertissage, soudage, peinture sur verre, cuisson des verres, etc.

En chantier sont effectuées les opérations de repérage, de prises de mesures, de dépose des panneaux pour le transport vers l’atelier ; et inversement, ils peuvent être posés dans leurs emplacements définitifs. D’autres opérations d’entretien sont aussi pratiquées in situ depuis l’intérieur ou l’extérieur de l’édifice.

Selon sa clientèle, un professionnel sera donc capable de maîtriser tout ou partie des techniques appliquées à ces différents postes de travail, des tâches les plus délicates à l’atelier (dessiner la partie manquante d’un visage ou d’une main, peindre sur le verre, coller des pièces de restauration très fragiles, etc.) ou bien exercer dans des conditions différentes en chantier avec des matériaux et des équipements autrement difficiles à manipuler (travaux en hauteur sur échafaudage, préparation et application de mortier à la chaux, pose ou entretien des armatures métalliques, etc.).

L’apprentissage des techniques au travers des situations rencontrées par les verriers nécessite pendant plusieurs années un vif intérêt pour les domaines cités précédemment. Le désir de dessiner, de comprendre la géométrie, de savoir organiser un poste de travail dans une suite logique d’étapes de mise en œuvre et d’être persévérant pour accomplir des opérations avec une très grande précision.